larsson_millenium_3En ouvrant ce roman, je sais déjà que ce sera le dernier. Stieg Larsson est mort, cela j'en avais connaissance en commençant à lire Millénium. Mais il y avait cette rumeur d'un tome quatre presque fini. Peut-être publié. Un espoir. Qui ne sera pas. Le roman n'existe pas, juste des notes préparatoires. Je reste donc à quai avec ma nostalgie.

Troisième et dernier tome donc. Rebelote. J'ai du mal à imaginer ce que cet auteur machiavélique va réussir à trouver de plus incroyable que ce passé qu'il a inventé à Lisbeth. Et me voilà à nouveau époustouflée!

Nous sommes à l’hôpital, Lisbeth est clouée au lit. Au même étage, au fond du couloir, l'homme qu’elle a essayé d’assassiner ( J'essaie de ne pas trop vous en dire au cas où vous liriez cette critique avant).  Commence alors le combat pour prouver son innocence et faire donc la lumière sur toute cette affaire. Elle risque en effet l'hôpital psychiatrique. A vie. Là où elle se trouve, elle ne peut rien faire. Le veut-elle d'ailleurs? A quoi bon parler aux médecins, aux autorités? L'a-t-on jamais crue?

C'est à nouveau Mikael qui s'en chargera. Mais cette fois-ci, il a ferré un gros poisson, trop gros pour lui? En effet, son défi n'est pas mince: faire condamner la section de la Säpo  responsable des souffrances atroces imposées à Lisbeth des années durant.  Mais on ne s'attaque pas impunément aux services secrets ... 

Un nouveau genre donc pour ce dernier volet, une intrigue pleine de complots et de manœuvres ourdies en secret, au sein même des institutions de l'Etat démocratique.